Directeur de publication: Dilbadi GASIMOV

Hébergé par wix.com. San Francisco, CA 94140, Etats-Unis.

Tél: 1-415-639-9034

 

 

PERMIS DE CONDUIRE

Vous êtes de plus en plus exposé au risque de voir un jour votre permis de conduire suspendu ou annulé. Notre Cabinet intervient partout en France, et plus particulièrement en Alsace, pour vous aider à exercer les voies de recours disponibles afin de protéger vos points et/ou contester une mesure de suspension ou d'annulation.

 

Il s'agit des recours exercés devant le Tribunal Administratif territorialement compétent. Vous pouvez exercer une voie de recours classique ou en référé lorsqu'il y a urgence. Cependant, vous êtes également susceptibles de comparaître devant un Tribunal Correctionnel notamment en cas de la commission de délits routiers. 

 

Dans d'autres cas, il s'agit des infractions au Code de la Route que vous pouvez contester devant les juridictions compétentes. Notre Cabinet vous accompagne, vous assiste et vous conseille dans le cadre de ces procédures et met à votre profit tout son savoir faire et son professionnalisme.

CONDUITE SANS PERMIS OU SANS ASSURANCE

 

En cas de consuite sans permis ou sans assurance vous encourez une sanction pénale.

Le quantum de cette peine varie en fonction de la gravité des faits et de vos antécédents

judiciaires. Le procureur décidera donc de la suite qui sera donnée à votre affaire.

Il peut s'agir de procédures différentes selon la gravité de l'infraction et selon les

mentions de votre casier.

 

 

CONDUITE SOUS L'EFFET D'ALCOOL OU DE STUPEFIANT

 

Il s'agit d'un délit routier. Votre permis est immédiatement suspendu par une décision  préfectorale pour une durée de 6 mois et vous êtes convoqués devant un Tribunal correctionnel.

 

En cas de conduite sous l'effet d'alcool ou de stupéfiant, il s'agit essentiellement pour un avocat de rechercher les éventuelles nullités de procédure afin d'obtenir la relaxe du prévenu.

 

En matière d'alcoolémie, dès que vous avez dépassé le seuil autorisé vous risquez des poursuites. Il s'agit d'obtenir la nullité de la procédure peut alléger les charges retenues contre vous et sauver votre permis, et non obtenir la relaxe complète dans tous les cas. En effet, en cas d'une relaxe pour vice de procédure, le prévenu peut également être poursuivi pour cause d’« ivresse publique ».  

 

Cependant, si vous êtes poursuivis pour avoir conduit sous l’effet de stupéfiants, vous serez poursuivis pour ce fait et non pour avoir consommé de tels produits (bien que la consommation de stupéfiants reste interdite en France).

 

Comme il a été jugé par la Cour de Cassation, en matière de conduite sous l’effet de stupéfiants, le simple aveu du prévenu ne suffit pas pour engager des poursuites contre lui. Les autorités sont donc obligées de soumettre le prévenu à une analyse sanguine. La procédure d’analyse sanguine requiert des règles très strictes qui doivent minutieusement être respectées par les autorités. Le défaut du respect de ces règles peut aboutir à la nullité de la procédure pénale engagée. Seul un spécialiste du droit est à même de déceler ces nullités.

 

Ainsi, votre avocat cherchera dans un premier temps, et avant d’organiser votre défense au fond, les éventuelles nullités de la procédure pénale. Si le Juge fait droit aux nullités soulevées, le prévenu est relaxé purement et simplement.

 

En cas de relaxe, se pose la question de la peine déjà effectuée (par exemple votre permis a été suspendu pour une durée de six mois, entre temps vous avez vendu votre voiture et perdu votre emploi en raison de l’impossibilité pour vous de vous déplacer) et la réparation des préjudices qui en découle. Il est ainsi possible d'obtenir la réparation de ces préjudices et votre avocat vous assistera dans cette entreprise. 

 

Exemples de décisions obtenues par le Cabinet.

 

 

 

 

 

EXCES DE VITESSE

 

Cette infraction routière peut aboutir à la suspension, à l'annulation du permis de conduire, au retrait des points ou au paiement des amendes. 

Des possibilités existent pour s'opposer à ces mesures et votre avocat vous assiste dans ces démarches.

Devant le Tribunal Administratif

Lorsque vous recevez un formulaire 48 SI vous informant du retrait de vos derniers points, cela signifie que votre permis de conduire vient d'être annulé. Ce formulaire qui récapitule tous les retraits précédents vous informe également que vous disposez d'un délai de 10 jours pour restituer votre permis de conduire aux autorités compétentes. Attention: cela ne signifie pas que vous pouvez conduire pendant ce délai de 10 jours. Votre permis est immédiatement invalidé. Le non respect de ce délai de 10 jours peut vous exposer à des poursuites pénales. 

 

Pour contester cette décision, vous pouvez saisir le Ministre de l'Intérieur d'un recours gracieux. Cependant, cette solution demeure insuffisante étant donné que le Ministre de l'Intérieur dispose d'un délai de 4 mois pour vous répondre.

 

Si vous souhaitez récupérer votre permis de conduire rapidement, il conviendra alors de saisir le Tribunal Administratif compétent d'un recours au fond, suivi d'un recours en référé suspension. Une décision favorable suite à votre recours en référé vous permettra de récupérer votre permis en attendant l'issue de la procédure au fond.

 

La procédure devant le Tribunal Administratif étant écrite, notre Cabinet intervient partout en France et dans les DOM.

 

Exemples de décisions obtenues par le Cabinet.

ECHANGER LES PERMIS DE CONDUIRE ETRANGERS

Tous les permis de conduire délivrés par les pays étrangers ne sont pas reconnus en France. 

Les permis de conduire délivrés par les pays de l'Espace Economique Européen (EEE) sont reconnus de plein droit. Vous n'êtes pas tenu par l'obligation d'échanger votre permis obtenu dans un des pays de l'EEE.

Les permis de conduire délivrés par des Etats non membres de l'EEE se divisent en deux catégories: les permis de conduire délivrés par les Etats ayant signé une convention de réciprocité avec la France et les permis de conduire délivrés par des Etats n'ayant pas signé une telle convention.

Les permis de conduire délivrés par les pays appartenant à la première catégorie peuvent être échangés dans un délai d'un an suivant l'obtention du premeier titre de séjour en France. La liste de ces Etats peut être consultée ici.

Notons que les titulaires d'une carte de séjour "étudiant" et les diplomates ne sont pas tenus d'échanger leur permis de conduire étranger et peuvent conduire en France pendant la durée de leur présence sur le territoire national.